« Pour gérer un club comme le Chamci, il faut être honnête, disponible et aimer I’Islam »

Vous êtes le 2ème Président du Chamci après le lancement du nouveau départ. Comment se déroulent les activités du bureau exécutif depuis votre accession aux affaires ?
Nous avons procédé a la mise en place d’un bureau compose d’un Président, de deux vice-présidents, d’un secrétaire général. Honorable Daouda Toure est le vice-président charge de l’administration et des finances. Ousmane Doukoure est le vice-président a l’organisation des activités du Chamci. En plus, nous avons mis en place des commissions de travail pour réfléchir sur les projets. On y trouve des cadres du pays. Ils ont des ambitions, ils peuvent faire des propositions au Bureau exécutif.

Quelle stratégie aviez-vous mis en place jusqu’ici pour la réussite de votre mandat ?
J’ai mis l’accent sur le recrutement lors de ma prise de fonction. C’est-a-dire recruter les jeunes cadres. Nous sommes presqu’au nombre de 200 membres. La majorité de ces membres sont des jeunes cadres du pays. Des personnes qui ont la maîtrise de l’art des affaires. Par la grâce de Dieu, ils sont tous au travail. Ils sont tous dans les commissions. L’importance n’est pas de vouloir tout faire en tant que Président. Mais, plutôt savoir mettre tout le monde a la tache pour que chacun donne des idées qui profitent a l’organisation. Nous avons ensuite mis un accent particulier sur le gala de bienfaisance qui est d’utilité publique. Nous organisons des nuits de prières pendant les mois bénis de Ramadan. Il s’agit des activités pour mobiliser le maximum de personnes. Nous sommes en train de trouver un terrain qui abritera notre siège à l’image d’un club house. Dans notre agenda, nous avons eu des rencontres à l’international pour implanter nos Bureau relais. Nous voulons que le Chamci soit représente a travers le monde. Car, l’Islam est universel.
Je suis très satisfait d’une année de gouvernance. Je note la mobilisation des membres dans les cotisations statutaires qui nous a permis de réunir d’importantes ressources diverses. Nous avons forme des jeunes gens au Chamci qui ont pu avoir après un emploi. Le Chamci est aussi une école pour les jeunes diplômes.

Qu’est-ce qui est fait a ce jour en termes d’actions ?
Nous sommes en train de faire des démarches pour l’acquisition d’un terrain qui abritera le siège. Nous sommes en train de trouver des bailleurs de fonds pour la construction d’un pole d’éducation et d’excellence. Il y a des contacts pris dans ce sens pour que tout se déroule bien. Nous avons signe un partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie marocaine en Cote d’Ivoire. Nous avons eu des séances de rencontre et d’échanges avec nos homologues de Dubai, du Niger, etc.

Quelles sont les autres réalisations entres autres dont vous être fier ?
Nous sommes fier de la mobilisation a positionner le club a un haut niveau a travers des actions concrètes d’humanisme, du sociales, etc. Des fonds qui sont mobilises a des rencontres festives pour mobiliser des fonds destines a la réalisation d’importants projets.

Dans quel domaine, selon vous, le Chamci doit encore faire des progrès ?
Le Chamci doit continuer a recruter des compétences diverses pour valoriser et diversifier ses acquis. Nous avons besoin de toutes les expertises au Chamci pour lui donner toutes ses lettres de noblesse. Il y a d’autres champs a investir.

Quel est votre secret pour attirer tant d’adherents en si peu de temps ?
Mon secret, c’est d’abord la culture de l’humilité, le partage des taches, etc. Un vrai leader et homme d’affaires est aussi capable de repartir les taches pour être plus efficace. Ainsi, chacun se sent implique autour de l’idéal du club. Chez moi, il n’y a pas de puissant Président exécutif. Il faut avoir la sagesse d’écouter et d’apprendre auprès de l’autre. Car, nous travaillons tous pour le club et surtout pour notre communauté. L’administration reste mais les dirigeants se succèdent. Il faut donc travailler en bon intelligence.

Quels sont les appuis dont vous aviez beneficiez dans ce sens ?
Nous avons eu l’appui de nos sages, du Président fondateur, Doyen Ladji Karamoko, qui continue de nous appuyer dans nos taches. Il nous a permis de travailler la main libre. Nous avons leurs bénédictions et nous savons que nous n’avons pas droit a l’erreur. Ils ont fait leur preuve et aujourd’hui, ils nous font confiance, nous devons le mériter. Ce sont des personnes qui ont réussi. Ils ont préparé l’avenir de leurs enfants et petits- enfants. Nous devons suivre leur modèle.

Vous avez innove dans le recrutement d’un personnel qualifie et performant. Quel est l’etat de cette collaboration ?
Nous sommes satisfaits de la collaboration du jeune personnel qui nous apporte une contribution constructive. C’est vrai que l’oeuvre humaine n’est pas parfaite. Nous continuons tous d’apprendre. Car, un club d’Hommes d’affaires est différent d’une entreprise qu’on gère selon notre convenance. Dans le club, l’assemblée générale est souveraine et on doit rendre compte. Un club est un bien commun a tout le monde.

Quelles sont les préoccupations majeures de notre communauté après quelques mois de votre mandat ?
Nous devons faire des efforts dans le domaine de l’éducation. Car, tout se construit a partir de l’éducation. Un pays qui a des enfants bien éduqués n’est pas un danger pour le monde. Ensuite, notre communauté est très en retard dans le domaine sanitaire. Nous devons faire lutter pour avoir nos complexes sanitaires. Tout passe par l’éducation et la sante.

Quel role votre organisation peut jouer dans cette perspective ?
Nous allons nous organiser pour faire des propositions a nos leaders religieux. Nous avions déjà eu des rencontres avec certains leaders. Ils nous ont exprime leurs préoccupations et nous comptons voir dans quelle mesure nous pouvons nous organiser pour réussir dans un élan de synergie d’actions. Même si l’Etat doit nous aider, il faut que nous soyons organises.

Gerer un club comme le Chamci n’est pas chose facile. Quel est votre secret ?
Mon secret, c’est d’aimer ma religion. J’ai aussi une passion pour ce que je fais. J’ai aménage mon calendrier pour pouvoir gérer au quotidien mon travail de chef d’entreprise et ma mission de Président exécutif du Chamci. Il faut avoir la foi et la passion. En un mot, c’est la vision de la recherche de l’excellence qui m’anime.

Pour gérer un club comme le Chamci, il faut être honnête, disponible et aimer l’Islam.

Qu’entendez-vous des membres par rapport a votre vision ?
Je souhaite que nos membres maintiennent l’élan de la mobilisation malgré leur calendrier d’affaires assez charge. Je souhaite qu’ils doublent d’efforts et que nous ayons des opportunités pour réussir. Que les membres s’impliquent davantage.

Qu’est-ce qui justifie votre optimisme sur l’avenir du club ?
Je crois a l’avenir du Chamci a cause de la motivation des membres. On a la volonté de réussir ensemble. La main dans la main, nous ne pouvons pas nous tromper.

Doumbia Mamadou (Président du Bureau Exécutif)

Hits: 20

Étiqueté avec :