Membre du collège des sages


 

Qu’est-ce qui fonde votre espoir sur le nouveau départ du CHAMCI ?

Nous avons espoir que le CHAMCI, après avoir eu un moment de veille, de léthargie, comme toute structure va rebondir.

Quels sont les actions de la nouvelle équipe dont vous êtes fier à ce jour?

Nous savons qu’ils travaillent beaucoup en plus du gala qu’ils organisent chaque année. Quand vous travaillez a la tête du CHAMCI, quand vous avez une idée projet, vous le travaillez. Et quand le projet est mur, que vous l’apportez au collège des sages qui donnent leur accord.

Quelle est votre nouvelle mission par rapport à cette étape cruciale de l’histoire du club?

C’est d’encadrer. Le doyen Ladji Karamoko qui est l’initiateur du CHAMCI, nous a confie un certain nombre de personnes a encadrer. C’est l’équipe des jeunes. En tant que doyen, nous n’avons pas le devoir d’échouer. Au le CHAMCI a un grand nom. Et le club doit être capable dans les années a venir de faire de grandes choses. C’est a cela que nous travaillons.

En tant que superviseur, quelles sont les actions concrètes que vous avez posées en plus dans ce sens ?

Nous avons faire une relecture des textes. Vous savez que malheureusement en Afrique, les textes ne sont pas suffisamment clairs et précises. C’est pour cela,vous avec des Présidents qui s’éternisent à la tête de ces structures. Il y a un travail important qui est en train d’être fait dans ce sens. Des courriers sont faîtes dans le sens de la relance afin que nous puissions nous
mettre à jour pour notre cotisation. Tout cela laisse présager que le club avance vers des lendemains meilleurs.

Apres un moment de veille, les activités du CHAMCI connaissent un nouveau départ. Etes-vous satisfait des actions de la nouvelle équipe dans ce sens ?

Je suis satisfait parce que j’estime que ces jeunes gens travaillent a tout moment. Les projets sont en maturation. Je sens qu’ils travaillent. C’est ce qui fait que je suis tres satisfait. Quand vous avez des gens a la tete d’une organisation et que vous sentez qu’ils sont a la reflexion et au travail, vous êtes sûre qu’un jour ou l’autre vous allez en avoir les retombées.

 

« Il faut que la nouvelle équipe sache que son mandat est place sous le signe de la redynamisation »

Que pensez-vous du choix cette année en faveur des enfants malades du cœur ?

Le gala passe qui nous a offert des dons pour les enfants malades de reins, est a mettre a l’actif des jeunes gens. Car, on n’en n’avait jamais fait dans le passe. L’Institut de cardiologie d’Abidjan est sature parce qu’il y a beaucoup de malades qui souffrent de maladie cardiaque. Équiper un institut comme celui-la, c’est une oeuvre extrêmement       importante.

Lorsqu’on qu’on voit le nombre important de personnes qui quitte d’autres pays pour venir ici, nous comprenons qu’il faut vraiment le garder precieusement. Il faut ameliorer la performance de l’institut. C’est une grande reuvre de bienfaisance qui est en train d’etre posee.

Lors du gala de 2016, vous aviez invite les membres a prendre conscience de ce que militer au CHAMCI, n’est pas synonyme de se faire des richesses mais plutôt contribuer a l’essor de la communauté musulmane et nationale. Est-ce que vous pensez que votre message a été bien perçu ?

Quand on constate ce qui va être faire cette année en faveur de l’ICA, je peux dire que le message a été parfaitement entendu. Ce acte ne profite même pas a la communauté seulement mais plutôt a la nation toute entière. Quand vous donnez un équipement au centre de cardiologie, ce n’est pas la communauté qu’on soigne la-bas, mais c’est plutôt tout le monde. Il y a des actes forts qu’on a poses au dernier gala et qu’on compte poser au prochain gala. Ce sont des actes considérables pour la nation. Les membres sont disposes a donner. Car, lorsque vous donnez votre argent et que vous sentez que c’est bien utilise, vous ne pouvez qu’être encourage. Dans la vie, si vous faites un cadeau a quelqu’un qui est content, vous voulez encore lui en donner plus. Par exemple, dans ma carrière de politicien ou j’ai été pendant 27 ans Maire de chez moi, j’ai donne un jour la somme de 1000 FCFA a une vieille qui est revenue le soir avec une danse me remercier. A cette vieille-la, j’ai remis 50.000 FCFA parce que j’étais content. Quand vous donnez a des fins utiles, ?a ne vous dit rien. La finalité de l’argent, c’est cela. C’est pouvoir être utile a sa société. C’est ma conception de la bonne utilisation de l’argent.

Combien estimez-vous mobiliser cette année au profit de l’ICA?

Je sais que vous serez avec nous au gala cette année. Vous allez voir. On ne peut pas faire moins que ce qu’on a fait. C’est la que vous comprendrez quand je dis que ces jeunes gens travaillent. Attendons pour voir.

Avez-vous un appel de doyen pour encourager davantage ces jeunes qui sont a la tache ?

Je voudrais dire aux jeunes que sur leur épaule, repose un grand espoir. L’espoir de porter haut un club fonde par un aine qui a une vision pour notre religion et pour notre communauté. Aujourd’hui, ils ont la responsabilité et le devoir de faire en sorte que le CHAMCI rayonne au-delà des frontières ivoiriennes pour être a la dimension de notre communauté. Dans notre communauté, il y a beaucoup d’Hommes d’affaires. Quand vous prenez le peuple ivoirien, vous verrez que les Hommes d’affaires se trouvent dans notre communauté. Il faut continuer a ratisser le plus de personnes au CHAMCI. Des personnes qui sont capables de poser des actions sociales de haute portée. Il faut que la nouvelle équipe sache que son mandat est place sous le signe de la redynamisation. Il faut qu’ils la réussissent. Ils peuvent compter sur nous pour leur donner des conseils nécessaires. Nous hésiterons pas sur notre temps et les moyens.

Je suis tente de vous demander si la communaute musulmane sent les actions du Chamci?

Je pense que c’est le cas. Il faut continuer a l’amener a sentir si ce n’est pas le cas. Il n’y a rien de dramatique. Par exemple, ils ne sentent pas que la propreté est un bien-être et que leur sante dépende de leur environnement. Il faut chaque jour les sensibiliser afin qu’ils comprennent la portée de autocontrôle pour garantir son équilibre sanitaire. L’autre devoir, c’est d’attirer les Hommes d’affaires de notre communauté vers le CHAMCI pour une action commune et efficace.

DOYEN SOUROU KONE (Membre du collège des sages)

Hits: 21