« Nous mettrons tout en reuvre pour maintenir la solidarite entre les membres et en faveur de la
communaute »

La commission en charge du Fonds de solidarité, avec pour Directrice exécutive, Hadja Sangare Hawa, constitue I’organe maîtresse visant la mobilisation des ressources dédiées aux wuvres de charité des membres du Chamci. Dans cette interview, la responsable, nous dévoile les actions inhérentes a I’atteinte des objectifs.

 

Dans quelle circonstance avez- vous adhéré au Chamci?

 Au départ, j’étais tout simplement sympathisante. Pendant le mandat du Président Ba Karamoko, je participais souvent aux différents événements du Chamci. Ce sont des événements qui m’ont marque. Lorsque j’ai vu I’objectif du Chamci, j’ai estime intéressant d’apporter ma modeste contribution. Il y a a peu près un an et demi que j’ai adhère au Chamci.

Comment s’est faite votre nomination en tant que directrice exécutive du fonds de solidarité- Chamci?

 Des dirigeants du Chamci, connaissent un peu mon cote social a travers bien d’actions sociales que j’ai eu a mener dans le passe. Et je pense que c’est ce qui a motive leur choix en ma faveur.

Dès votre nomination, quels étaient vos objectifs de départ?

 Nos objectifs de départ consistaient à booster les activités du volet social du Dès votre nomination, quels étaient vos objectifs de départ? Nos objectifs de départ consistaient à booster les activités du volet social du club, répondre efficacement à l’attente de nombreuses structures et associations qui nous sollicitent. Mais aussi trouver les voies et moyens pour renforcer la solidarité entre les membres du club. En outre, l’objectif pour nous vise à organiser la formation religieuse des membres, collaborer avec les structures religieuses, élaborer des stratégies nationales au profit des musulmans et des non musulmans. Enfin, organiser la quête de la zakat au sein du club.

Qu’est-ce qui pourrait justifier votre choix d’institutionnaliser les galas de bienfaisance ?

 Nous estimons que la pauvreté est de plus en plus grandissante et surtout au sein de la communauté musulmane. Nous pensons donc que le fonds de solidarité peut être considéré comme une réponse à cette préoccupation.

 Pourquoi le choix du mois de décembre ?

 C’est aussi une période marquée par les fêtes de fin d’année pour bien amorcer le nouvel an. A la fin d’une année d’intenses activités, il était important d’organiser un tant soit peu, une manifestation pour commencer la nouvelle année en beauté. On se dit qu’à la fin de l’année, on peut soulager des cœurs.

Pourquoi placez-vous les enfants au cœur de vos actions de charité ?

 Nous savons que les enfants représentent l’avenir d’une nation. Pour cela, il faut leur garantir une bonne éducation et une santé de fer afin qu’ils puissent assurer la relève de demain. Donc, s’occuper du bien être des enfants, c’est pérenniser la nation. C’est pour cela au Chamci nous avons décidé de faire la part belle aux enfants.

 Comment appréhendez-vous le nouveau départ prôné par les membres du club ?

 C’est vrai que le Chamci épouse la philosophie du business au service de la foi et du développement. Bien qu’étant aussi un club des Hommes d’affaires musulmans, le Chamci a choisi de contribuer au développement de la nation ivoirienne. Dans toutes nos actions, le social reste l’une de nos priorités. Nous œuvrons pour que les plus défavorisés ne soient pas à la traîne. Notre religion musulmane prône toujours la solidarité.

Quelle sont vos missions par rapport au poste que vous occupez ?

 Notre mission consiste à participer à la résolution de certains problèmes nationaux. C’est le cas des enfants malades du cœur qui bénéficieront de notre soutien en décembre prochain. Nous comptons ensuite donner les moyens au club de participer a la résolution des problèmes spécifiques à la communauté musulmane. Nous faisons enfin en sorte de créer une sorte de solidarité financière entre tous les membres du club.

Qu’est-ce qui est réalisé a ce jour sous votre gouverne?

 Vous me donnez l’opportunité de déclarer que nous avons des dons et des subventions des membres et sympathisants du Chamci. Généralement, ces subventions et ses dons sont une sorte des cotisations statutaires. Il y a la zakat qui est collecte après une motivation des membres a s’y acquitter. Et cette zakat est collectée par virement permanent mensuel. Nous avons réalisé depuis notre nomination, deux galas de bienfaisance. Celui de 2016 en faveur des enfants malades de reins et celui de l’édition 2017 qui sera dédie aux enfants malades du cœur. A l’occasion de ces événements, nous faisons une levée de fonds pour soutenir une cause sociale. C’est l’occasion pour moi de remercier nos partenaires qui soutiennent notre combat. Le Ramadan passe, nous avons lance la fondation Chamci pour l’éducation de la jeune fille. Nous agissons en faveur des structures qui nous sollicitent très souvent. L’Ong “Al-Muwassat”, la Mosquée Al Imane de Yopougon et bien d’autres structures musulmanes ont bénéficié d’un élan de solidarité de notre part.

Qu’est-ce qui reste a faire selon vous?

 Nous souhaitons une contribution individuelle des membres du club pour faire face a des nombreuses sollicitations de la communauté. Si nos partenaires continuent de nous soutenir dans la même veine, ce sera une bonne chose pour nous.

Quelles sont les priorités dans vos actions?

 Notre priorité majeure est de motiver tous les membres a participer efficacement pour atteindre l’objectif du gala de façon durable. Nous demandons a nos membres de nous donner un peu de leur zakat pour renforcer les actions sociales du club. Quand les membres s’acquittent de leurs cotisations mensuelles, cela rend le club plus fort. Il y a aussi la nécessité pour les membres de participer a la levée de fonds.

Est-ce que vos actions sociales riment avec les attentes de la communauté musulmane?

 Oui, parce que l’une des attentes des musulmans, c’est la solidarité et l’entraide. Le Chamci en a fait l’une de ses priorités. La communauté musulmane doit aussi participer au développement d’une nation. Et c’est ce que nous faisons en valorisant son image a travers nos galas de bienfaisance. La communauté musulmane veut se doter aussi d’une structure d’un pole d’éducation et d’excellence. Notre club est en train de réfléchir a un projet de Lycée de jeunes filles avec internat qui sera a la disposition des citoyens ivoiriens.

A combien estimez-vous le taux de participation au prochain gala de bienfaisance?

 Nous espérons un taux de participation au prochain gala de bienfaisance en faveur des enfants malades du cœur de 400 personnes.

Combien comptez-vous mobiliser cette année?

 Nous comptons mobiliser au moins 25 millions pour voler au secours des enfants malades de reins.

Comment comptez-vous procéder pour renforcer la solidarité entre les membres du club?

Depuis un certain temps, nous avons mis en place un système de communication afin que chacun se sente concerner par les enjeux qui nous animent. Nous encourageons a la solidarité entre les membres dans les opportunités d’affaires.

Qu’en est-il de la formation religieuse des membres?

 Le Président Mamadou Doumbia a déjà eu des séances de travail avec des structures d’association musulmanes comme la Lipci et l’Oeeci qui comptent dans leurs rangs, des sachant dans le domaine de la religion musulmane. Nous envisageons établir un partenariat pour que nos membres soient instruits et mieux outilles sur les préceptes de l’Islam.

Quel est l’état de votre collaboration avec les structures religieuses musulmanes au niveau national?

 Nous entretenons de bonnes relations avec les structures religieuses. A chaque fois que nous organisons une manifestation, le Cosim est informe.

Comment comptez-vous organiser la quete de la zakat au sein du club?

 Nous avons crée une opération dénommée ‘‘zavip”. La zakat anticipée par virement permanent mensuel. Nous avons déjà adresse des courriers aux membres du club pour leur expliquer les bien-fondes de cette opération. Quelques-uns ont commence a se manifester. La communication a été rompue a cause des préparatifs du gala de bienfaisance de décembre prochain. Nous souhaitons communication sur l’opération a l’occasion du prochain gala. Cette opération concerne non seulement les membres du club mais aussi les sympathisants.

Avez-vous un message aux invites spéciaux et au parrain ?

On demande aux invites speciaux et au parrain de faire parler leurs creurs. Nous profitons pour leur demander de nous aider a voler au secours des enfants malades du creur. C’est un cri de creur. Nous avions rencontre l’institut de cardiologie et nous savons les problemes qui sont les leur.

 

HADJA SANGARE HAWA(Directrice exécutive du fonds de solidarité)

Hits: 8

Étiqueté avec :